Vers une issue possible

Pris au dépourvu par l’épidémie, après le choc de la sidération, un certain nombre d’entre nous ne semblent toujours pas y croire et déjouent  les consignes en s’éloignant du domicile, en se promenant dans des espaces bondés sous les rayons du soleil printanier. Le déni est d’autant plus fort que le changement touche à quelque chose d’important : la liberté d’aller et de venir, de fréquenter des lieux privés ou publics, de profiter de nos loisirs, de nous retrouver entre amis, d’être au contact avec la nature,…

Alors c’est le coup de semonce, la remise à l’heure des pendules : notre gouvernement annonce les droits et devoirs de chacun.chacune, en appelle aux responsabilités citoyennes et précise les peines encourues en cas de non respect des attestations de sortie lors des opérations de contrôle.

S’ensuit l’étape de la colère : certaines personnes bravent des interdits, des intervenants du monde de la santé en manque de masques et d’équipements de protection réclament des moyens pour mieux soigner et travailler dans de meilleurs conditions, certains réagissent négativement aux applaudissements de la population qu’ils estiment incompatibles avec le non respect des limites de déplacements entre régions.

Chaque jour le nombre de victimes augmente, c’est le désarroi. Face au sentiment de peur, des salariés dans certains domaines d’activité revendiquent leur droit de retrait, des voisins vont jusqu’à menacer anonymement des soignants…

Nous nous questionnons face au dilemme de certains pays entre la vie économique versus la vie humaine… En attendant, il nous faut tenir dans la durée. Typiquement la courbe émotionnelle du changement passe par la phase du marchandage : dans un contexte de survie, chacun en fonction de ses enjeux accueille avec enthousiasme ou contrainte les dates et conditions de sortie issues des négociations.

Il n’en demeure pas moins que la tristesse fait couler des larmes chez les personnes dépitées de ne pouvoir fréquenter leurs aînés ou leur dire au revoir, et de deuil impossible suite à la perte d’êtres chers, d’amis, de connaissances que l’on ne reverra plus…

Certains territoires sont plus touchés par l’état de crise sanitaire avec un nombre de lits de réanimation arrivé à saturation dans certaines régions. Les hôpitaux s’organisent pour expatrier des malades vers d’autres destinations moins affectées.

La première vague de contamination prend enfin une allure descendante. Les autorités commencent à évoquer la sortie du confinement. Des libertés seront octroyées aux parents dans la prise de décision d’amener leurs enfants à l’école, aux maires d’autoriser les accès aux sentiers de randonnées et à certaines plages en fonction du caractère passif ou dynamique attribué.

Une chose est plutôt sûre : “la vie ne sera plus comme avant” nous entendons ça et là. Le rebond ne se fera pas sans considérer la priorité de la vie humaine, en poursuivant les gestes barrières, les mesures de distanciation pour éviter tout risque d’une deuxième vague. Le télétravail redéfinit les contours d’une nouvelle forme d’organisation…

A nous tous revient une réflexion profonde sur la vie d’après afin d’envisager la projection et la reconstruction en termes d’activité, de façon de travailler, peut-être même un nouveau modèle de société. Cette expérience inédite vient frapper au coeur de notre quête de sens…

Se positionner sur le processus émotionnel du changement nous permet de prendre conscience des étapes que nous traversons, mais aussi et surtout de visualiser une issue possible. D’où son importance de narrer le chemin parcouru, de mettre des mots sur ce que nous ressentons au fil du temps, dans l’ici et maintenant, et d’envisager pour certains une adaptation, un nouveau mode de fonctionnement, pour d’autres une reconstruction, un nouveau départ…

Vous éprouvez des difficultés à rester confiné ou à sortir bientôt du confinement  ?

Vous aimeriez extérioriser votre ressenti ?

Le télétravail n’est pas une chose acquise pour vous ?

Vous avez la sensation de subir un changement difficile ?

Vous remettez en question votre mode de fonctionnement ?

Vous vous questionnez sur l’après confinement ?

Vous aspirez à une forme de sérénité pour mieux traverser cette crise sanitaire et économique ?

Vous subissez une rupture professionnelle et envisagez de rebondir ?

Vous rêvez à un nouvel équilibre de vie ?

Ensemble,

abordons ce qui vous tient à coeur,

travaillons sur ce qui peut vous libérer,

collaborons à dessiner la direction qui fait sens pour vous,

définissons les leviers qui vont vous permettre d’avancer sur le chemin que vous aimeriez prendre en rêve et en réalité,

participons à votre réflexion, à votre mise en action, au dépassement des obstacles et à votre mieux-être…

Vous pouvez me contacter soit :

par téléphone au 06 33 78 54 20

par la fiche contact 

sur mon site www.michele-coles.com

par mail à l’adresse michele.coles@wanadoo.fr