La QVCT, enjeu crucial

Outil stratégique des DRH, la QVCT évolue et suit les tendances de la société. Aussi s’interroger et s’intéresser au bien-être des collaborateurs est devenu un enjeu crucial…

La démarche QVT (Qualité de vie au travail) initiée par l’ANI (Accord National Interprofessionnel) de 2013 a été redéfinie en 2020 pour s’adapter aux transformations du marché, aux besoins des entreprises et aux aspirations des salariés. Rebaptisée QVCT (Qualité de Vie et des Conditions de Travail), la démarche est intégrée dans le Code du travail depuis mars 2022.

La démarche QVCT regroupe l’ensemble des actions visant simultanément à améliorer le bien-être des salariés et à contribuer à la performance globale de l’organisation :

  • formation en continu, montée en compétences

  • expression des salariés, protection de la santé mentale et prévention des RPS (Risques Psycho-Sociaux)

  • réflexion et sensibilisation aux conditions de travail, en termes de charge de travail, contenu des missions, sens, autonomie, management bienveillant, aménagement, équilibre de vie, environnement, enjeux de santé,…

Le monde professionnel ne se limite plus à des objectifs de performance, mais accorde désormais de l’importance à l’environnement de travail et au bien-être en entreprise. La QVCT se concentre ainsi sur les pratiques manageriales, le climat social, la politique de la diversité, le combat contre les inégalités, la réduction de la pénibilité, le maintien dans l’emploi, le parcours professionnel, l’accompagnement dans le changement, …

En conséquence les salariés sont de plus en plus exigeants concernant leur performance et leur épanouissement : temps passé au travail et implication, motivation dans un environnement confortable, reconnaissance, écoute des besoins et attentes personnelles (télétravail, travail hybride, activités pédagogiques, parentalité, projet personnel, …).

La QVCT génère un impact sur la santé de l’organisation : réduction des coûts car diminution du taux d’absentéisme, du turnover, cohésion d’équipe, hausse de la productivité, attractivité de l’entreprise…

Afin de gérer efficacement la QVCT et d’en tirer les meilleurs avantages, l’ANACT (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail), établissement public sous la tutelle du Ministère chargé du travail, propose outils et méthodologies (état des lieux, mise en place, mesure, ajustement, évaluation, déploiement). Chaque entreprise est invitée à adapter la QVCT à sa culture et ses enjeux, à choisir des indicateurs (taux de maladie professionnelle, accident du travail, inaptitude, absentéisme, turnover, sentiment d’équité ou d’appartenance, formations suivies, mobilité interne, satisfaction des salariés, perspectives d’évolution, …), et aussi à associer tous les collaborateurs, à expérimenter de nouvelles façons de travailler, à valoriser et partager l’expérience collective.

L’entreprise pourra ensuite mieux communiquer sur sa marque employeur, attirer des talents, diversifier ses recrutements, dialoguer sur des enjeux communs, apprendre à mieux fonctionner ensemble et apporter des réponses adaptées.

Si la QVCT offre de nombreux avantages pour les salariés, elle représente un formidable levier de développement pour les employeurs !